Sylvie Lucille 3 janvier 2020
Un homme tenant des billets d'euro.

 

Depuis le 1er janvier 2020, le montant horaire brut du SMIC a été rehaussé pour se fixer à 10,15 euros par heure (contre 10,03% l’an dernier), soit 1.539,42 euros bruts par mois. Cette révision annuelle vise à remédier à la pauvreté avec laquelle doivent composer certains actifs. Mais, de l’avis de Gilbert Cette, invité à l’antenne de BFM Business, cette mesure ne rime à rien.

Le SMIC concerne aujourd’hui plus d’1,6 million de salariés français

Instauré il y a 50 ans, en remplacement du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig), le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) correspond au salaire minimum en vigueur en France. Les employeurs ne peuvent donc rémunérer un salarié, quel que soit son contrat de travail, en-dessous de ce seuil. Réévalué au moins une fois par an en fonction des fluctuations du pouvoir d’achat notamment, le SMIC concerne aujourd’hui plus d’1,6 million de salariés français.

Depuis le 1er janvier 2020, son montant horaire brut a été rehaussé pour se fixer à 10,15 euros par heure (contre 10,03% l’an dernier), soit 1.539,42 euros bruts par mois (contre 1 521,25 euros en 2019). . Cette révision à la hausse du SMIC vise à remédier à la pauvreté des travailleurs. Pourtant, Gilbert Cette, professeur d’économie associé au sein de l’Université d’Aix-Marseille et président de la commission d’experts sur le SMIC, estime que le fait de rehausser le salaire minimum ne va pas améliorer la situation des salariés.

« Le monde développé est au plein emploi », pas la France

Au cours d’une émission sur BFM Business, il a rappelé que « Tous les rapports des trois commissions (trois commissions ont été organisées en l’espace d’une dizaine d’années… – NDLR) ont toujours conclu à la préconisation d’un non coup-de pouce, de s’en tenir au mécanisme automatique de revalorisation du SMIC en France ». Pourquoi ? D’abord parce que la compétitivité française est en berne. La France est « très fragile en termes d’emplois, de marché du travail », alors que « le monde développé est au plein emploi ». Or ce manque de compétitive tient d’une multitude de facteurs dont bien sûr le salaire minimum. Ensuite parce que la hausse du SMIC ne permet pas de redistribuer du pouvoir d’achat. En effet, « une personne au SMIC peut être le conjoint de quelqu’un qui n’est pas au SMIC », souligne Gilbert Cette. Ce qui atteste du fait qu’une augmentation du SMIC ne permet pas aujourd’hui de remédier à la pauvreté.

La prime d’activité, la solution idéale

Pour Gilbert Cette, la meilleure solution pour redonner du souffle aux travailleurs c’est la prime d’activité. A ses yeux, elle est « plus efficace pour lutter contre la pauvreté ».

Please follow and like us:

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :