Tim P 20 mai 2019
Portrait d'Emmnanuel Macron

 

Dans une déclaration sur Facebook ce lundi, Emmanuel Macron a indiqué qu’il ne lui appartenait pas de s’immiscer « dans la décision de soin et de droit qui a été prise dans le cas de Vincent Lambert ». Ce faisant, il brise les derniers espoirs des parents qui l’avaient imploré d’intervenir pour maintenir les traitements.

Une décision « en application de notre législation »

Emmanuel Macron vient sans doute de briser les derniers espoirs de la famille de Vincent Lambert. Sur sa page Facebook, il fait savoir ce lundi qu’il ne lui appartenait pas de s’immiscer « dans la décision de soin et de droit qui a été prise dans le cas de Vincent Lambert », alors que les parents du patient l’avaient imploré d’intervenir pour le maintien des traitements. « Aujourd’hui, comme Président de la République, il ne m’appartient pas de suspendre une décision qui relève de l’appréciation de ses médecins et qui est en conformité avec nos lois », a écrit le chef de l’Etat sur Facebook​. Il précise que « La décision d’arrêter les soins a été prise au terme d’un dialogue permanent entre ses médecins et sa femme, qui est sa tutrice légale » et « en application de notre législation qui permet de suspendre les soins en cas d’obstination déraisonnable ».

Emmanuel Macron exprime sa profonde tristesse et son impuissance

Emmanuel Macron souligne toutefois qu’il est « profondément touché » par le sort de Vincent Lambert et qu’il a toujours plaidé pour « le respect de la dignité de toute vie humaine ». Le président de la République fait ensuite cette confidence : « Comme homme, comme tous les Français, je me suis interrogé pour moi, pour mes proches. Sur cette question, qui touche à la part intime de chacun, il n’y a aucune réponse simple ou univoque. Seulement des incertitudes et des déchirements ». Puis de s’indigner : « Derrière les déchirements, j’entends une angoisse : celle qu’en France, on puisse décider de manière arbitraire de la mort d’un citoyen. C’est précisément parce que ce n’est pas le cas, parce qu’il n’y a pas, dans notre pays, de place pour l’arbitraire, que je n’ai pas à m’immiscer dans la décision de soin et de droit qui a été prise dans le cas de Vincent Lambert ».

La CEDH rejette le recours de la famille

Les parents de Vincent Lambert ont déposé ce lundi plusieurs recours pour mettre fin à l’interruption de ses soins, une décision qui entraînera son décès. L’un des recours a été rejeté par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), estimant qu’il n’y a pas d’« élément nouveau ».

Les avocats du patient dénoncent un crime d’Etat

Vincent Lambert est plongé dans un état végétatif depuis plus de 10 ans, sans une lueur d’espoir. A l’issue d’une longue bataille judiciaire, il a été finalement décidé de l’arrêt des traitements, au grand dam de la famille et certains hommes politiques comme Marine Le Pen (RN) et François-Xavier Bellamy (LR). Samedi dernier, les avocats des parents de l’ancien infirmier psychiatrique ont appelé Emmanuel Macron à intervenir contre ce qu’ils qualifient de « crime d’Etat commis au prix d’un coup de force contre l’Etat de droit ».

 

Please follow and like us:

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :