Tim P 4 juin 2019
Des bouteilles plastiques en usine

 

Alors que le monde entier se mobilise contre les sources de pollution de la planète, la production mondiale de matières plastiques a enregistré une nouvelle hausse en 2018. Cette production est tirée vers le haut par l’Asie et les Etats-Unis. L’Europe en revanche marque un léger recul, ce qui est plutôt un bon signe pour les écologistes du vieux continent.

Mauvaise nouvelle pour la planète. La production mondiale de plastiques en 2018 a augmenté pour atteindre 359 millions de tonnes (Mt), soit une hausse de 3,2%, d’après des chiffres de la fédération PlasticsEurope. Ce rythme est tout de même un peu inférieur à l’année précédente qui avait enregistré une crue de +3,9%. Cette production mondiale est essentiellement tirée par l’Asie et les Etats-Unis.

Les deux grands tirent la production mondiale

L’Asie représente plus de la moitié de la production de matériaux plastiques en 2018, en grande partie à cause de la Chine qui pèse pour près d’un tiers (108 Mt). Ce volume se justifie par le fait que l’empire du milieu a continué à augmenter ses capacités de production de plastiques, sur la base de charbon, et cette tendance devrait se poursuivre. Malgré cette part conséquente dans la production mondiale, le continent asiatique reste « structurellement déficitaire et importateur » de plastiques, a indiqué Éric Quenet, directeur région Ouest Europe de PlasticsEurope, en présentant les chiffres à la presse.

Les Etats-Unis représentent l’autre pôle de croissance de la production mondiale de plastiques. Le pays de l’Oncle Sam continue en effet à bénéficier du développement du gaz de schiste. Des unités de production très compétitives ont été lancées sur base d’éthane, notamment plus compétitives que les productions européennes. Toutefois l’augmentation de la consommation domestique ne suffit pas à absorber ces nouvelles capacités, d’où « une pression de plus en plus forte de ces unités américaines » à l’export. La situation s’est aggravée avec le durcissement du contentieux commercial avec la Chine. Du coup, la production américaine « se retrouve de plus en plus sur le marché européen », a noté M. Quenet.

L’Europe produit moins de plastiques

Si la production de plastiques en Chine et aux Etats Unis a augmenté, ce n’est pas le cas de l’Europe, surement à cause de la pression de plus en plus forte des écologistes. La production sur le vieux continent a ainsi considérablement reculé de -4,3%, après une année 2017 assez forte, alors que la consommation augmentait légèrement de 0,4%. La France, elle, a connu en 2018 une « baisse forte et amplifiée » de la production (-5,1%) par rapport à l’Europe, et une consommation aussi en baisse (-2,6%), venant après une année 2017 très positive. Un ralentissement des commandes a également été enregistré à partir du second semestre 2018.

L’Europe approvisionnée par les Etats Unis

Mais subsiste une inquiétude des écologistes européens, celle autour des importations européennes venant des États-Unis. Celles-ci ont augmenté de 26% en volume, selon PlasticsEurope. « C’est une préoccupation » et « cela doit se traiter au niveau européen […] Notre marché européen reste relativement ouvert avec des droits de douane encore relativement modérés », a constaté l’association.

 

Please follow and like us:

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :