Tim P 7 juillet 2019
Alizé Cornet lors de l'US Open en 2018

 

Cette semaine, lors du 1er tour du tournoi féminin de doubles de Wimbledon, Alizé Cornet n’a pas du tout été tendre avec Jelena Ostapenko, l’une de ses adversaires. Elle a lâché une insulte ordurière après que la jeune lettonne l’a touchée aux côtes sur un service.

Le point accordé aux adversaires

Alizé Cornet a disputé cette semaine le 1er tour du tournoi féminin de doubles de Wimbledon aux côtés de la Croate Petra Martic face à la Russe Veronika Kudermetova et la Lettone Jelena Ostapenko. Au cours de ce match, elle a lâché une insulte qui témoigne bien de son tempérament explosif.

En plein premier set du match, la joueuse de tennis française s’est fait un peu martyriser sur un service de Jelena Ostapenko. La lauréate de Roland-Garros 2017 a envoyé une balle directement dans les côtes de son adversaire au bout de quelques jeux. La douleur était tellement vive qu’Alizé Cornet n’a pas pu s’empêcher de crier « Ah la pute ». Puis de reprendre sans difficultés sa place sur le court pour poursuivre la partie.

Quelques jeux plus tard, la joueuse française s’agacera davantage quand la même Ostapenko l’a touchée pour une seconde fois. Sur un service mal assuré, la jeune lettonne de 22 ans envoie une balle sur Alizé Cornet. Cette fois-ci la Française s’est protégée avec sa raquette. L’arbitre a dû accorder le point au duo Kudermetova-Ostapenko comme la balle a touché l’adversaire avant qu’elle ne fasse un rebond.

« On peut gagner un point comme ça ? »  

Se faire frapper par l’adversaire et en plus concéder un point sur ce coup, ç’en était de trop pour la joueuse de tennis française. « Elle a servi directement sur moi. On peut gagner un point comme ça ? » s’est-elle indignée pendant que ses deux adversaires rigolaient de leur côté du court.

Malgré ces deux incidents, Petra Martic et Alizé Cornet ont remporté le match (4-6/6-4/6-3). Au deuxième tour du tournoi du Grand Chelem, elles se sont à nouveau imposées face à la Roumaine Sorana Cirstea et la Russe Galina Voskoboeva, le samedi 6 juillet.

Le pauvre petit ami et entraîneur

Ce n’est pas la première fois qu’Alizé Cornet manifeste une mauvaise humeur par un langage ordurier. En septembre 2018, lors de son 1er tour à Montréal, elle s’est attaquée à son entraîneur et petit ami Michael Kuzaj. Alors que Michael Kuzaj lui conseille de «souffler un grand coup» sur un ton rassurant, la joueuse française lui adresse une réplique cinglante: «Juste un truc… t’es un petit peu tout près. Merci.». Quelques minutes plus tard, elle va le recadrer à nouveau alors qu’il lui parle. Alizé Cornet le coupe au nez avec cette déclaration : «Elle parle français, tu parles super fort. Mais parle moins fort… Elle parle français putain.». Lors d’un autre match face à Sofya Zhuk à Indian Wells, l’entraîneur va encore faire les frais de sa petite amie. Elle lui avait demandé de quitter les tribunes comme «il sert à rien le gars».

Please follow and like us:

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :