Tim P 3 juillet 2019
Un enfant retenu par le bras par un adulte

 

Dimanche, un homme âgé de 43 ans a été écroué pour le viol d’un enfant de quatre ans dont il avait la garde. Le quadragénaire a accompli son acte sordide dans un parc de la ville, à la tombée de la nuit. Il a été aperçu, sans qu’il ne s’en rendre compte, par deux femmes qui passaient par là.

Le hasard fait toujours bien les choses

A Douai, un homme a été écroué dimanche pour le viol d’un enfant de quatre ans dont il avait la garde. L’individu, âgé de 43 ans, aurait fait une fellation au petit garçon. Le suspect a été mis en examen et écroué ce dimanche, a rapporté France 3 Hauts-de-France. Une information judiciaire a été ouverte.

Tout commence vendredi vers 19 heures, dans un parc de cette ville du Nord où deux femmes se promenaient. Selon le quotidien régional, elles aperçoivent cette scène sordide et décident de dénoncer l’individu. Elles suivent alors l’enfant et l’homme jusqu’au domicile de ce dernier et alertent la police. Dépêchés sur place, les policiers ont visité la dizaine d’appartements de l’immeuble et ont interpellé le suspect, puis récupéré l’enfant.

L’individu reconnait un comportement inapproprié

Au poste de police, l’enfant a été examiné par un médecin légiste, et le quadragénaire a été placé en garde à vue. Là, le quadragénaire est resté silencieux pendant longtemps. « Il a refusé de parler pendant toute la garde à vue », a indiqué le parquet de Douai, qui précise que le suspect a finalement « livré quelques explications devant le juge d’instruction, mais en minimisant les faits ». L’homme de 43 ans a préféré parler de « comportement inapproprié ». Des faits de fellation sur le mineur ont toutefois été reprochés au prévenu.

Son casier n’était pas vierge

Sans emploi, le quadragénaire connaît les parents du petit garçon qui lui avaient déjà confié la garde de leur enfant à plusieurs reprises. Si son casier judiciaire n’est pas vierge, il n’a jamais été condamné pour des faits de viol ou d’agression sexuelle. Une information judiciaire a été ouverte.

La philosophie prétend qu’on ne peut pas connaître totalement un homme et cette histoire vient de le confirmer. Si les parents confiaient régulièrement leur enfant à cet « ami » c’est qu’il leur inspirait une grande confiance. Hélas !

Please follow and like us:

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :