Tim P 17 janvier 2020
Une personne injectant un produit dans une séringue.

 

La première exécution de 2020 aux Etats-Unis a eu lieu mercredi soir au Texas, où un mari violent récidiviste a reçu une injection létale quinze ans après avoir abattu sa femme, qui souhaitait divorcer. John Gardner, 64 ans, a déclaré avant de mourir qu’il s’excusait pour la peine causée à la famille de sa défunte épouse et qu’il aimerait maintenant aller au ciel voir le Seigneur Jésus.

Le détenu mal défendu ?

John Gardner, un détenu du Texas ayant des antécédents de violence à l’égard des femmes a été exécuté mercredi soir pour avoir tué sa cinquième épouse, qui avait craint de ne jamais sortir vivante de son mariage. Le prisonnier a reçu une injection létale au pénitencier d’État de Huntsville.

John Gardner a été condamné à la peine capitale en 2006, un an après son crime « passionnel ». Ses défenseurs avaient introduit en septembre un recours devant la Cour suprême des Etats-Unis pour obtenir une réouverture du dossier. Ils arguaient que leur client avait été mal défendu à son procès. D’après eux, ses premiers avocats auraient dû développer la « théorie de la rage de l’abandon » pour expliquer ses actes. Dans la requête devant la Cour suprême, Lydia Brandt, une des avocates de Gardner, a fait valoir que si des preuves de rage d’abandon avaient été présentées au procès, cela l’aurait « humanisé », fournissant ainsi une base pour une peine inférieure à la mort.

Gardner, un agresseur récidiviste

Mais la plus haute juridiction des Etats-Unis a refusé de se saisir de leur requête lundi et aucun nouveau recours n’a été introduit. Curtis Howard, l’un des procureurs du bureau du procureur du comté de Collin, a déclaré que la théorie n’aurait pas fait de différence au procès, car l’abandon n’était pas lié à tous ses nombreux actes de violence, notamment le fait de tirer sur sa deuxième femme, qui était enceinte à l’époque. Celle-ci est décédée des suites de ses blessures. Emprisonné, puis remis en liberté provisoire, il avait ensuite enlevé sa troisième femme en la menaçant d’un couteau et battu sauvagement la fille de cette dernière. « Il était un agresseur récidiviste », a souligné Howard. Le procureur a indiqué que dans sa carrière il avait eu affaire à trois cas de peine de mort et deux d’entre eux étaient liés à la violence entre partenaires intimes. « C’est une de ces tragédies que nous voyons trop souvent au Texas », a-t-il déploré.

Il lui a tiré une balle dans la tête alors qu’elle était alitée

Marié à elle en 1999, John Gardner a tué sa cinquième épouse parce qu’elle menaçait de le quitter, après avoir subi de nombreuses violences et fait une demande de divorce en décembre 2004. Au travail, elle confiait à ses collègues qu’elle voulait quitter au plus vite son mari violent. Elle consultait même régulièrement un calendrier. Malheureusement, Tammy Gardner ne verra jamais ce jour. Le 23 janvier 2005, entre 23 heures et minuit, 15 jours avant que le divorce ne devienne définitif, John Gardner est entré par effraction chez elle à Anna (Texas). Il lui a tiré une balle dans la tête alors qu’elle était au lit, malade.

Malgré son état critique, Tammy Gardner a appelé le 911 et a dit à un répartiteur d’antenne que son mari lui avait tiré dessus et qu’il était reparti dans une camionnette blanche avec des plaques du Mississippi. Elle a été hospitalisée mais est tombée dans le coma et a rendu l’âme deux jours plus tard à l’âge de 41 ans.

Gardner n’a pas eu droit au dernier repas

Alors qu’on le conduisait à son exécution, le gardien a demandé à Gardner s’il avait une déclaration finale à faire. Attaché à la civière de la chambre de la mort, le condamné a tourné la tête et s’est excusé plusieurs fois auprès du fils, de la fille et de la mère de sa femme, qui ont regardé par une fenêtre à quelques mètres de là. « J’aimerais m’excuser pour la peine que j’ai causée. J’espère que vous trouverez paix et félicité et parviendrez à tourner la page », a déclaré John Gardner. « Je sais que vous ne pouvez pas me pardonner, mais j’espère que vous le ferez un jour », a-t-il ajouté. Avant d’exhorter le gardien à continuer, en disant: « Je veux voir le Seigneur Jésus ».

Peu de temps après avoir reçu la dose létale du puissant pentobarbital sédatif, Gardner a pris trois respirations profondes puis a commencé à ronfler. En quelques secondes, tout mouvement s’est arrêté. Son décès a été prononcé à 18 h 36 heure locale (1 h 36 à Paris). Le condamné n’a pas eu droit au traditionnel dernier repas car le Texas a aboli la pratique.

Gardner est ainsi devenu le premier détenu mis à mort cette année au Texas et aux États-Unis. Sept autres exécutions sont prévues au cours des prochains mois au Texas, l’État qui applique le plus la peine capitale dans tout le pays. L’année dernière, 22 détenus ont été exécutés aux États-Unis, dont 9 dans le seul Texas, le plus grand de tous les États.

« C’est lié aux discriminations, au racisme et à la manière dont le Sud s’est construit »

En 1976, les États-Unis ont rétabli la peine de mort. Depuis, 1 512 condamnés ont été exécutés, dont 1 200 dans les seuls États du Sud. « Parmi eux, 567 l’ont été au Texas. Un tiers des exécutions a lieu ici. Donc le Texas est devant tout le monde. Il est en tête de toutes les exécutions dans le pays », explique Ana Otero, présidente de la coalition texane pour l’abolition de la peine de mort. Selon elle, « C’est lié aux discriminations, au racisme et à la manière dont le Sud s’est construit. Il y a très longtemps, il y avait dans la loi ce que l’on appelait le Code noir. Et il permettait la peine de mort pour un Noir, mais pas pour un Blanc. Tout cela laisse des traces ».

Please follow and like us:

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :