Sylvie Lucille 9 février 2020
Une rue de Hong Kong en Chine.

 

Les économies émergentes, qui espèrent un rebond de la croissance mondiale cette année, pourraient être les premières victimes de l’épidémie de coronavirus qui frappe la Chine, l’un de leurs principaux marchés. Il s’agit notamment des dragons et des pays d’Amérique du sud comme le Chili, qui exporte du cuivre, et le Brésil, premier producteur mondial de soja devant les Etats-Unis.

De nombreux pays exportateurs de matières premières et de produits agricoles ont bénéficié depuis plus d’une vingtaine d’années de l’effrénée croissance de la Chine qui s’est approvisionnée massivement à l’étranger pour soutenir son développement économique. Mais avec l’épidémie de coronavirus, la situation pourrait changer et mettre à mal les économies émergentes.

« Tous les pays producteurs de pétrole seront touchés »

« Plus les pays émergents sont dépendants de leurs exportations vers la Chine, plus ils paieront les pots cassés du coronavirus », explique à l’AFP Alicia Garcia, cheffe économiste de la banque Natixis pour l’Asie, basée à Hong Kong. Un avis partagé par Charles de Quinsonas, du gestionnaire d’actifs britannique M&G: « Si le virus venait à effectivement enterrer toute perspective de croissance pour la seconde économie mondiale, cela aurait un impact direct sur les émergents », prévient-il.

D’abord, « Tous les pays producteurs de pétrole seront touchés », assure à l’AFP Julien Marcilly, chef économiste de l’assureur-crédit Coface, qui rappelle que la Chine consomme plus de 10% de la production mondiale et qu’elle entraînerait forcément une baisse des cours si sa demande chutait. Les prix du pétrole, qui ont d’ailleurs déjà subi le choc du coronavirus avec une chute de plus de 15% depuis le début de l’année, ne sont pas seuls. Ceux des métaux ont aussi plongé, à l’image du cours du cuivre qui a perdu 7% pendant la même période.

La Chine a promis d’acheter pour 200 milliards de dollars de produits américains

Les pays asiatiques qui fournissent leur grand voisin en matières premières, à l’image de la Malaisie, feront également partie des premiers touchés. Comme ceux d’Amérique du sud, dont le Chili, qui exporte du cuivre, et le Brésil, premier producteur mondial de soja devant les Etats-Unis.

Les pays émergents font déjà face à l’accord commercial signé à la mi-janvier entre les Etats-Unis et la Chine. Pour baisser la tension, l’Empire du Milieu a pris l’engagement d’acheter pour 200 milliards de dollars de produits américains, qui pourraient remplacer des importations chinoises en provenance des pays émergents comme le Brésil.

 

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :