Marie Lecointre 24 septembre 2019
Visite du premier ministre Edouard Philippe à Biovallée - Association en juin 2018

 

Les anciens premiers ministres, qui bénéficiaient à vie d’un secrétaire particulier, n’y auront plus droit que pendant dix ans, et jusqu’à leurs 67 ans. Ils conserveront en revanche voiture et chauffeur de façon illimitée. C’est la décision inscrite dans un décret pris par Emmanuel Macron vendredi et publié, dimanche, au Journal officiel.

La promesse d’Edouard Philippe tenue en partie

En février dernier, en pleine crise des Gilets jaunes, Edouard Philippe avait annoncé que les avantages des anciens premiers ministres seraient revus, dans la limite du « socialement » acceptable. Sept mois après la promesse est tenue, mais en partie…

Vendredi 20 septembre, Emmanuel Macron a signé un décret qui a été publié au Journal officiel dimanche 22 septembre. Il prévoit la mise à disposition des anciens premiers ministres d’un secrétaire particulier, dont le service sera limité à « une durée maximale de dix ans à compter de la fin de leurs fonctions et au plus tard jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de soixante-sept ans ».

D’autres avantages restent intacts

Mais le décret ne touche pas à d’autres avantages tels que la voiture et le chauffeur. Il met à la disposition des anciens premiers ministres « un véhicule de fonction et un conducteur automobile, et prend en charge les dépenses afférentes » sans limite de temps. Le texte précise que ces moyens, alloués « sur leur demande », ne le sont pas aux « anciens premiers ministres qui disposent d’un soutien équivalent pour l’exercice d’un mandat parlementaire, d’un mandat d’élu local ou d’une fonction publique ».

Un autre point qui ne plaira pas aux gilets jaunes est que ce décret ne sera pas rétroactif. Il n’éteindra donc pas les avantages en cours depuis au moins une décennie. Le premier ministre a visiblement fait marche arrière face à la réticence de ses prédécesseurs, bien accrochés à leurs privilèges. Comme il n’y aura pas de rétroactivité, Édith Cresson, par exemple, première ministre de mai 1991 à avril 1992, pourra continuer de se déplacer avec chauffeur et voiture, alors qu’elle le fait déjà depuis près de 30 ans.

Onze premiers ministres concernés par le décret

Onze anciens chefs de gouvernement (sauf Jacques Chirac, qui a également été président de la République) sont potentiellement concernés par ce décret. Par ailleurs, après leur départ de Matignon, les anciens premiers ministres ont droit à trois mois d’indemnités, contre six mois auparavant, en plus des avantages « en nature ». Quant aux anciens présidents de la République, ils peuvent bénéficier d’une équipe de sept collaborateurs permanents (et deux agents de police de service) durant cinq ans. Après cette période, ils n’ont plus droit qu’à trois collaborateurs et à un policier.

Please follow and like us:

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :