Opiniatre 30 avril 2020
coronavirus maladie monde

Depuis le début du mois d’avril, un hôtel des États-Unis, le Westin Houston Medical Center, au Texas, emploie un robot “tueur de virus”. Cette machine, du nom de Germ-Zapper Robots, utilise la lumière UV germicide pour détruire toutes les bactéries présentes dans une pièce. Une méthode radicale mais efficace selon l’établissement.

Aménager les chambres face à l’épidémie pour laisser travailler le robot

Alors que le virus continue de se propager aux États-Unis, l’activité, elle, n’est pas arrêtée. En effet, certains hôtels restent ouverts pour leurs clients et continuent de proposer leur service.

Afin de faire face à l’épidémie, le Westin Houston Medical Center, a décidé d’acheter deux robots tueurs de microbes. Fonctionnant à l’aide de lumière UV germicide, ces machines viennent suppléer le travail des agents d’entretien de l’hôtel. En effet, ces machines qui nettoient en permanence la totalité des pièces de l’hôtel, allant des couloirs aux cuisines en passant par les chambres, sont des “surcouches de nettoyage” selon la direction, qui viennent s’ajouter aux séances de nettoyage traditionnelles.

Afin de faciliter le travail des robots et optimiser les passages des rayons UV, les chambres et les lieux de vie ont été adaptés au passage de ces nouveaux agents. Coussins ou tissus décoratifs, magazines ou encore tapis, tout a été retiré afin de prévenir l’apparition de germes dans des lieux potentiellement difficiles d’accès pour le nettoyage.

Cependant, la prudence est de mise avec ces machines. En effet, puisqu’elles utilisent des rayonnements ultraviolets de haute intensité qui tuent les bactéries en détruisant leur ADN, les rayonnements sont si puissants qu’ils pourraient avoir des effets négatifs. Ainsi, il est interdit à toute personne de pénétrer dans la pièce alors que le robot effectue une séquence de nettoyage.

Ces robots, également utilisés dans différents hôpitaux, semblent faire leurs preuves et il se pourrait bien, qu’à l’avenir, ces derniers deviennent monnaie courante dans le monde hospitalier…

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :