Sylvie Lucille 30 avril 2020
Des personnes dans un restaurant parisien.

 

Dans un courrier adressé au ministre de l’Economie et à la ministre du Travail le 27 avril, Patrick Bouderbala, président de la CNTR, suggère de porter à 38 euros le plafond journalier d’utilisation des titres restaurant. Pourtant, le ministère du Travail a évoqué le 23 avril un passage du plafond des tickets resto à 95 euros par semaine jusqu’à la réouverture des brasseries et cafés.

Le 23 avril, le ministère du Travail annoncé que le plafond de l’utilisation des titres restaurant pour des achats dans les supermarchés et les commerces de proximité devrait passer à 95 euros par semaine, contre 19 euros par jour actuellement. Tandis qu’un décret est attendu pour la fin de cette semaine afin de préciser les modalités d’application de la décision, la Commission nationale des titres restaurant (CNTR) a formulé des propositions pour faire évoluer le fonctionnement des ces « tickets resto », qui concernent plus de 4 millions de salariés en France.

« Lever les limites géographiques d’utilisation des titres restaurant »

Dans un courrier adressé au ministre de l’Economie et à la ministre du Travail, le lundi 27 avril, Patrick Bouderbala, président de la CNTR, suggère de « porter à 38 euros […] le plafond journalier d’utilisation des titres restaurant ». Il propose également de faire en sorte que « les titres restaurant soient utilisables tous les jours de la semaine, y compris les dimanches et jours fériés ». En outre, Patrick Bouderbala appelle à « lever les limites géographiques d’utilisation des titres restaurant ». A ce jour, sauf mention contraire, ces titres restaurant ne sont utilisables que dans le département du siège social de l’entreprise. Ces mesures dérogatoires ne s’appliqueraient que jusqu’au 31 décembre 2020.

Les restaurateurs ont validé les propositions de la CNTR

Selon Patrick Bouderbala, interrogé par MoneyVox, ces propositions apporteront « un réel plus, pour les restaurateurs et pour les salariés », après la crise sanitaire du coronavirus. D’ailleurs, les restaurateurs, y compris l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) et le Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI) ont déjà validé les propositions de la CNTR.

Ces restaurateurs craignent toutefois que la hausse du plafond ne profite surtout qu’à la grande distribution puisqu’elle s’appliquera aussi à l’utilisation des titres restaurant en supermarchés, pour les produits éligibles.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :